soirée Jean JOUZEL
Accès à l'eau et l'énergie en Afrique

Mardi 5 Avril à 20h30 à l'espace SORANO avec Jean Jouzel ancien vice président du GIEC, Alioune Kane, professeur à l'Université de Dakar et Yves Barou, économiste et photographe

Les questions relatives aux défis de la transition écologique sont abordées le plus souvent à partir du cas des vieux pays industriels, d’Europe et d’Amérique du Nord, qui sont les émetteurs historiques de CO2 et tâchent de s’en repentir aujourd’hui, avec plus ou moins de sincérité selon les cas, par leurs engagements pris dans les COP et leurs suites. Est abondamment commenté, également, le cas des nouveaux émetteurs, mastodontes démographiques comme la Chine et l’Inde, qui sont en pleine croissance économique et font valoir, compte tenu de leurs contraintes, leurs énormes besoins de consommation d’énergies fossiles, et demandent dans ce contexte qu’on apprécie à leur juste mesure la valeur de leurs efforts.

Comme souvent le grand absent du tableau est le continent africain. Les pays africains, quasiment absents de la scène mondiale en matière industrielle, ne sont en aucune manière des émetteurs historiques. Ils le sont certainement aujourd’hui et demain en raison de leur croissance démographique, qui va amener sous peu le continent à supplanter de ce point de vue les géants mentionnés ci-dessus. Mais on parle peu de leurs contraintes, de leurs besoins, de leurs défis, en un mot de la place à leur donner dans le débat mondial sur la transition écologique.

Et pourtant les enjeux de la transition prennent en Afrique plus qu’ailleurs la forme des difficultés d’accès à l’eau et à l’énergie, dont dépendent la survie des populations, le développement d’économies fragiles et, en bonne partie, la contribution du continent à la transition.  C’est cette problématique que se propose d’aborder les festival Afrique en marche au cours de la conférence débat du 5 avril, en soirée à l’Espace Daniel Sorano.

Jean Jouzel.jpg